Menu
Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

Warning: Declaration of KunenaBbcodeLibrary::DoURL($bbcode, $action, $name, $default, $params, $content) should be compatible with Nbbc\BBCodeLibrary::doURL(Nbbc\BBCode $bbcode, $action, $name, $default, $params, $content) in /home/lkfrench/www/libraries/kunena/bbcode/bbcode.php on line 525

Warning: Declaration of KunenaBbcodeLibrary::DoEmail($bbcode, $action, $name, $default, $params, $content) should be compatible with Nbbc\BBCodeLibrary::doEmail(Nbbc\BBCode $bbcode, $action, $name, $default, $params, $content) in /home/lkfrench/www/libraries/kunena/bbcode/bbcode.php on line 525

Warning: Declaration of KunenaBbcodeLibrary::DoSize($bbcode, $action, $name, $default, $params, $content) should be compatible with Nbbc\BBCodeLibrary::doSize(Nbbc\BBCode $bbcode, $action, $name, $default, $params, $content) in /home/lkfrench/www/libraries/kunena/bbcode/bbcode.php on line 525

Warning: Declaration of KunenaBbcodeLibrary::DoImage($bbcode, $action, $name, $default, $params, $content) should be compatible with Nbbc\BBCodeLibrary::doImage(Nbbc\BBCode $bbcode, $action, $name, $default, $params, $content) in /home/lkfrench/www/libraries/kunena/bbcode/bbcode.php on line 525

Warning: Declaration of KunenaBbcodeLibrary::DoQuote($bbcode, $action, $name, $default, $params, $content) should be compatible with Nbbc\BBCodeLibrary::doQuote(Nbbc\BBCode $bbcode, $action, $name, $default, $params, $content) in /home/lkfrench/www/libraries/kunena/bbcode/bbcode.php on line 525

Warning: Declaration of KunenaBbcodeLibrary::DoList($bbcode, $action, $name, $default, $params, $content) should be compatible with Nbbc\BBCodeLibrary::doList(Nbbc\BBCode $bbcode, $action, $name, $default, $params, $content) in /home/lkfrench/www/libraries/kunena/bbcode/bbcode.php on line 525
  • Page :
  • 1

SUJET :

Superbe interview de Mathieu Bitton! 05 Mar 2015 22:21 #82822

  • annso
  • Portrait de annso Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Modérateur
  • Smile at life!
  • Messages : 993
  • Remerciements reçus 663
Bon l'interview est en anglais ....
www.hgissue.com/issue/the-music-issue-2/?read=1#mathieu-bitton

Mais petit scoop sur la fin, un tour book serait en projet .... :furtif:
2008:Nimes (Love Revolution)
2009: Paris, Lyon, Arras (Love Revolution)
2011: lyon, Rouen, Hambourg (BAWA)
2012: Middelfart (BAWA)
2014: Paris, Dijon (Strut)
2015: Olympia, Arras, Festival Beauregard, Skanderborg (Strut)
2018: Bercy, Les Déferlantes, Nîmes, Bordeaux, Tours, Vienne (Raise Vibration)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Superbe interview de Mathieu Bitton! 19 Jui 2015 09:29 #83564

  • annso
  • Portrait de annso Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Modérateur
  • Smile at life!
  • Messages : 993
  • Remerciements reçus 663
voici un autre interview de Mathieu Bitton... en anglais... si cela interesse des personnes je veux bien traduire, mais faites le moi savoir ;)
Selection de certaines de ses photos dans le lien

ny.tumblr.com/post/121835685896/hanging-out-with-the-terribly-talented-mathieu

Hanging Out with the Terribly Talented Mathieu Bitton

By Matty Williams


So we’re on the phone talking about Prince. That Prince influenced him. That Prince is super funky. That it was the image of Prince’s melding torsos on the gatefold of the Parade album that made him want to design albums. That it was Prince that …


“Can you hang on? It’s Lenny…” Mathieu asks me in a deep, thick English voice laced with French.


While he is well known for art direction and design on a slew of notable records – including the Grammy-nominated box set “Cabinet of Curiosities” for Jane’s Addiction - Mathieu Bitton has become a full on, rock star photographer. Instead of hiring a photographer, he is the photographer. On this natural, but challenging, transition Bitton says, “In photography, my comfort level was never there because I knew so many huge photographers. I never felt worthy of calling myself a photographer. Now photography is taking over.”


Agreed. Allow me to name drop. He’s shot Mick Jagger. Jay Z. Pharrell. Bruno Mars. Lana Del Rey. Cee-Lo. Mos Def. Raphael Saadiq. The list goes on. Most significantly, he shoots Lenny Kravitz.


Bitton and Kravitz have worked together nearly non-stop since 2008. But they go way back. They’ve been friends since they were kids when both found themselves transplanted to LA. Bitton from Paris. Kravitz from New York. Because of this, a sense of intimacy and authenticity surfaces between photographer and subject. Of Bitton, Kravitz says, “…his photographs completely capture the essence of who and what I am at that moment and he has an ability to bend the atmosphere.”




Clearly Kravitz trusts him. Shots snap everywhere. During live shows and at home. In rehearsals and media appearances. On late nights out and early morning breakfasts. It’s a seamless, embedded thing that happens. Like Bob Gruen or Mick Rock, good rock photographers often get so tight with their subjects - their presences nearly constant - that they become part of the scene itself. They hang out and hang out and hang out for that golden moment. Which, apparently for Bitton, has arrived.


Of course, there’s more. Bitton’s instinctual, relentless work method and diverse influences from the film, fashion and art worlds drive him to create exciting work beyond music. Take the impromptu – and dangerous – skateboarding shot taken in Paris with his friends, legendary street skateboarder Mark Gonzales and Alexandra Birchall-White. Or the surreal, starry beach nude, taken after a late night in LA. Captivating images that, using Kravitz’s words, seem to “bend the atmosphere.”


While seeing his work next to a Warhol and a RETNA at a recent exhibition in Austin, he feels a bit uncomfortable. It’s a feeling Bitton wants to continue, saying, “I don’t want to be the guy walking around saying ‘look how good my shit is. Look at that. It’s amazing.’ I’ll never be Kanye West. You know what I mean?” When I ask him if he considers himself an artist, Bitton takes a moment and says, “It’s funny you’ve asked me that. I’ve always felt like an imposter. Like, you know, ‘What am I doing here? How could I be so lucky? There are so many people out there more talented that I am.’ And that’s been the voice in my head, the devil on my shoulder. People say I’m an artist. I just do what I do.”

Even though he’s had much success, I tell Bitton that it definitely feels like he’s at a jump off point with his photography. Bitton responds, appropriately, in the language of music, “I can’t do what a Lenny or a Prince or what a Miles Davis can do. I can’t get on stage and move people with my voice and instruments. The best I can do is give people images that can move them. It’s my art. It’s my creative expression. And that’s why I’m looking forward to film. Because that’s where it all connects.”

All images © Mathieu Bitton, used with permission.
2008:Nimes (Love Revolution)
2009: Paris, Lyon, Arras (Love Revolution)
2011: lyon, Rouen, Hambourg (BAWA)
2012: Middelfart (BAWA)
2014: Paris, Dijon (Strut)
2015: Olympia, Arras, Festival Beauregard, Skanderborg (Strut)
2018: Bercy, Les Déferlantes, Nîmes, Bordeaux, Tours, Vienne (Raise Vibration)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Superbe interview de Mathieu Bitton! 15 Sep 2015 12:13 #84629

  • annso
  • Portrait de annso Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Modérateur
  • Smile at life!
  • Messages : 993
  • Remerciements reçus 663
Et voici une autre interviee touchante! Qui remontre une fois de plus comment Mathieu est une personne humble :angel:
www.kingz.fr/?p=3316

Home / Photographie / Interview de Mathieu Bitton
Interview de Mathieu BittonBy Kingz on 9 septembre 2015
‘Ascension, c’est le résultat d’environ 6 ans de photos de Lenny’

Directeur artistique, designer, photographe, Mathieu Bitton est Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République française. C’est dire l’importance de son œuvre artistique. Installé à Los Angeles depuis plusieurs années, il travaille avec les plus grands noms des arts, de la musique au cinéma en passant par le design et la photographie : Martin Scorsese, Michael Bay, Kevin McDonald, Philippe Starck et bien sur Lenny Kravitz avec qui il est sur les routes depuis 2008. Il a récemment présenté l’ exposition « Ascension : Lenny Kravitz by Mathieu Bitton » à la galerie Ostlich à Viennes, en Autriche, une exposition présentée aux cotés de l’expo photos Flash de Lenny Kravitz.

Mathieu Bitton a exceptionnellement accepté de répondre à nos questions au sujet de l’exposition Ascension, mais aussi de son travail avec Lenny Kravitz.


Vous avez récemment présenté l’exposition »Ascension: Lenny Kravitz by Mathieu Bitton » à Vienne. Une exposition inédite d’une série de 33 photographies de Lenny Kravitz que vous accompagnez depuis des années. Pouvez-vous nous parler de ce projet ?

Ascension, c’est le résultat d’environs 6 ans de photos de Lenny. Ça fait 5 ans qu’on me demande de faire des expositions, je n’avais pas voulu en faire jusqu’à maintenant. Leica Autriche m’a demandé si c’était possible d’ajouter mes photos à l’exposition de Lenny, Flash, c’était la 4e fois qu’on le faisait, mais la première fois que je fais une Side exhibition de mes photos. C’était super de faire cette exposition, surtout en collaboration avec Leica, et Ostlicht qui est une des meilleures galeries d’Autriche et d’Europe.

Pourquoi Ascension ?

C’est le premier mot qui m’est venu à l’esprit, et ‘Ascension’ est une face B de ‘Are you gonna Go my way’ de Lenny Kravitz, que j’aimais beaucoup. L’ascension aussi de mon travail vis à vis de Lenny et l’amélioration de mon travail en général en tant que photographe.

Les villes qui aimeraient accueillir ce travail exceptionnel sont nombreuses. Vous avez une histoire particulière avec Vienne pour avoir choisi d’y présenter l’exposition ?

C’est vraiment parce que Peter Coeln, le patron d’Ostlicht, du Leica Museum et Leica shop à Vienne m’a proposé de le faire, et encore une fois ça allait bien avec le thème de Flash. C’est aussi au Leica Shop et Leica Museum à Vienne que j’ai acheté deux appareils, un M3 de 1955, et un M2 de 1963, des appareils magnifiques, et j’ai trouvé poétique que l’exposition se fasse dans cet endroit.

On m’a proposé de le faire dans plusieurs villes effectivement, de Paris à Tokyo, New York, Los Angeles… mais Ostlicht était le bon endroit pour commencer. J’ai hâte de montrer l’exposition dans d’autres villes maintenant, on est entrain de réfléchir.


Le public aura-t-il l’occasion de voir ‘Ascension’ à Paris prochainement, si oui, avez-vous une date et un lieu à communiquer aux parisiens ?

Oui, j’espère emmener le show à Paris dans pas très longtemps.
J’avais prévu de faire une autre expo à Paris, pendant Paris Photo, c’est entrain de se faire mais ce n’est pas encore confirmé. Ça sera une autre exposition, cependant il y aura peut être une ou deux photos d’Ascension.


La série de photographies présentée dans ‘Ascension’ montre Lenny Kravitz en public, mais aussi en privé, des moments privilégiés. On a l’impression que vous ne vous quittez pas.

Effectivement on se quitte pas, c’est assez comique (rires). Dans cette expo il y a beaucoup de photos récentes mais également des photos qui dates de 2010, 2011et 2012. Je suis toujours en tournée avec lui depuis 2009, on a commencé à travailler ensemble en 2008. Donc beaucoup d’opportunités de faire des photos sur scène, hors scène, chez lui, dans les hôtels… Il me donne accès à tout, il y a une grande confiance entre nous. C’est ce qui rend cette exposition unique aussi, l’accès et la confiance. Des fois je le surprend, je prends des photos sans demander, c’est assez drôle et ça donne souvent de superbes photos.

Concernant les photographies en privé, vous, avez trouvé un moyen, des moments pour prendre des photos ou tout est vraiment spontané ?

C’est souvent spontané. Des fois on se balade dans un endroit et tout d’un coup on a envie de prendre des photos… Dans la plupart des cas ce n’est pas prévu. On ne se dit jamais »tiens mardi on va shooter dans tel endroit », à moins que ça ne soit pour une couverture de magazine ou quelque chose de très précis, ou pour un single ou quelque chose comme ça. C’est souvent spontané, et souvent pendant les voyages.


Vous êtes actuellement en tournée US avec Lenny, vous avez donc de belles photographies qui naissent tous les jours. La collection ‘Ascension’ sera-t-elle actualisée en conséquence ?

Oui, je suis en tournée avec Lenny. Effectivement j’ai déjà fait beaucoup de photos. Le but c’est de faire un gros livre et je suis entrain de discuter avec certains éditeurs.

J’ai fait la conception et l’ensemble du design graphique du livre photo Lenny Kravitz qui est sorti l’année dernière aux éditions Rizzoli. Ce livre contient mes photographies, dont celle en couverture. Mais mon livre sera exclusivement constitué de mes photographies, l »idée étant de faire une grande taille, quelque chose d’assez exceptionnelle. Donc tous les jours je créé des clichés pour ce nouveau livre. On met les photos en ligne pour des articles et d’autres publications mais pour moi le but c’est le livre et Lenny est à fond dans cette idée en ce moment. Après la tournée on continuera à faire des photos pour ce projet.


Il vous arrivent d’inverser les rôles et c’est Lenny qui passe derrière l’objectif pour vous photographier. Artistiquement, il y a une alchimie singulière entre vous. Comment expliquez – vous cela ?

Inverser les rôles oui ça m’est déjà arrivé. Lenny m’avait photographié pour quelques articles qui étaient sortis dans des magazines. Oui ça arrive de temps en temps qu’il me photographie. D’ailleurs dans l’expo Flash il y a une photo de moi au Bahamas qui date de 2009 entrain de le photographier avec un iPhone, c’est drôle.


L’alchimie singulière oui, on m’en parle souvent. On se connait depuis 30 ans même si on n’a pas passé 30 ans à travailler ensemble. On a commencé à travailler ensemble en 2008 mais on se connait quand même depuis longtemps, je connais sa famille et il connait la mienne. On est souvent sur les mêmes ondes créatives, donc il y a quelque chose de très naturel qui s’est développé encore plus depuis qu’on travaille ensemble. On a plus besoin de parler vraiment, on sait exactement ce qu’on attend l’un de l’autre, et donc ça facilite beaucoup notre travail.

Flash et Ascension sont elles conçues pour être exposées simultanément dans les mêmes espaces ?

A viennes c’est la première fois qu’on a exposé les deux expo ensemble. À mon avis oui, on continuera à le faire, c’est sympas d’avoir les deux, ‘back to back’ si tu veux.

KINGZ.FR
2008:Nimes (Love Revolution)
2009: Paris, Lyon, Arras (Love Revolution)
2011: lyon, Rouen, Hambourg (BAWA)
2012: Middelfart (BAWA)
2014: Paris, Dijon (Strut)
2015: Olympia, Arras, Festival Beauregard, Skanderborg (Strut)
2018: Bercy, Les Déferlantes, Nîmes, Bordeaux, Tours, Vienne (Raise Vibration)
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: nanaweb, lennie, Mikado.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Dernière édition: par annso.

Superbe interview de Mathieu Bitton! 25 Sep 2015 13:18 #84675

  • annso
  • Portrait de annso Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Modérateur
  • Smile at life!
  • Messages : 993
  • Remerciements reçus 663
Et ca continue!!! les interviews de Mathieu n'arretent plus de tomber!
www.luimagazine.fr/sexy/fille-sexy/les-f...-par-mathieu-bitton/

Les filles vues par… Mathieu Bitton

Un beau jour, (on imagine qu’il y avait de l’orage dans l’air), Mathieu a pioché dans la discothèque de son père un album de Screamin’ Jay Hawkins. Sur son site, il raconte : « visuellement, c’était un album frappant, choquant, plein de contrastes. Quelque chose qui, par essence, tient de la controverse. » De ce jour, il commencera à hanter marché aux puces et disquaires en quête toujours renouvelée de l’énergie que procure, pour l’éternité, le Rythm n’ blues.

« Un jour, j’ai proposé à Lenny Kravitz de faire quelques photos de son concert, juste pour m’amuser… Et boum ! »

Quelques années (et un parcours qui ne peut pas être vraiment résumé à une ligne droite) plus tard, ce photographe, graphiste, réalisateur et Directeur Artistique parisien d’origine évolue entre la France et les États-Unis, immortalisant les plus grands et réalisant la plupart de ses rêves, avec en prime une médaille l’honorant du statut de Chevalier des Arts et des Lettres. Mais, entre un projet pour Lenny Kravitz, la réalisation d’un coffret Miles Davis et le design, en 2008, de la campagne Rock The Vote, Mathieu Bitton n’oublie pas de photographier nudité et féminité. Pour le défi de se frotter à un sujet qui compte plus qu’une longue tradition picturale derrière lui… Mais aussi, on le devine, par simple amour de la beauté. Interview.

Quel appareil utilisez-vous ?
Deux Canon 5D Mark III

Pourquoi deux ?
Un dans chaque main ! L’autre jour, c’est vrai, j’ai fait ça… Je filmais avec la main gauche et je prenais des photos avec la droite. Mais plus sérieusement, c’est pour éviter de changer d’objectif, notamment quand je photographie des concerts.

Numérique en tout cas…
J’ai pratiqué l’argentique pour moi, comme un hobby… Mais dans le travail, tout va et doit aller très vite, tout le monde a besoin de tout tout de suite… Le numérique permet de retravailler l’image immédiatement, de la diffuser tout aussi rapidement… C’est une souplesse précieuse.


Quand et comment avez-vous décidé de devenir photographe professionnel ?
Depuis ma jeunesse, j’ai toujours aimé faire de la photo. Au moment où ma carrière de graphiste à démarré (au début dans la mode et ensuite dans la musique et le cinéma), je voulais en faire mon métier… Mais tous mes amis étaient photographes et certains très bons, donc je n’osais pas leur faire concurrence. Après 15 ans de production, de graphisme, de Direction Artistique et de management d’artistes, j’ai commencé à reprendre la photo pour faire des pochettes d’albums. Les maisons n’avaient plus de gros budgets… Après plusieurs pochettes, je me sentais plus a l’aise. J’ai commencé à voir mon avenir en tant que photographe. Puis, j’ai commencé à bosser avec Lenny Kravitz en 2009. J’ai eu l’occasion de le prendre en photo à New York, en concert au Fillmore. Je lui avais demandé la permission de prendre des photos de la scène et il ne s’attendait à rien de particulier. Genre : « C’est juste des photos pour moi, pour m’amuser… » Mais quand il a vu les images dans le tour bus après le concert, il m’a tout de suite demandé de rester jusqu’à la fin de la tournée. On a lancé son Facebook, son Twitter, etc. Et boum ! Tout est parti en flèche.
« Le maître : Serge Gainsbourg ».

Et comment on se retrouve à bosser avec Lenny Kravitz ?
J’ai un jour envoyé un message, par MySpace je crois, à Emily Loizeau, parce que j’adorais ce qu’elle faisait. De fil en aiguille, comme je travaillais, via le graphisme, dans la musique aux États-Unis, je suis devenu son manager pour ce pays. On a sympathisé… Or, Emily était fan de Jean-Baptiste Mondino, que je connaissais par ailleurs… Je lui ai demandé si ça lui plairait de faire une photo de pochette pour Emily. Il a écouté la musique, ça lui a plu, donc il a accepté. (Il s’agissait de l’album Pays Sauvage). La veille de la séance, il venait de terminer un clip pour Lenny Kravitz (pour le titre « Dancin’ Til’ Dawn », ndlr)… Pendant qu’on travaillait, Lenny appelle Mondino et ce dernier lui dit qu’il est avec moi -il savait que j’avais déjà fait des pochettes pour lui… Bref, Mondino me passe le téléphone, Lenny Kravitz me parle de son dernier projet, un album de funk (il s’agissait d’un album intitulé Negrophilia, toujours pas sorti. À cette époque-là, Lenny Kravitz publiera finalement le projet Black and white America)… C’est comme ça qu’on s’est retrouvé, ce qui m’a amené à la photographie. J’ai d’abord fait la pochette d’un disque qui, d’ailleurs, n’est toujours pas sorti, puis des affiches. Puis j’ai produit une compile pour ses vingt ans de musique, une édition de luxe… Ensuite seulement, je lui ai proposé de faire ces photos au Fillmore… Et c’était parti.

Comment c’est, de commencer si tard ?
J’ai l’impression de devenir adulte… D’être longtemps resté enfant, parce je n’avais fait qu’une partie de ce que je devais faire… Là, je me réveille, je fais ce que j’ai toujours voulu faire sans oser. Je ne parlais à personne de la photo, pas même à mes amis… J’ai l’impression de revivre, de me libérer. Je suis arrivé à New York à l’âge de 19 ans. J’avais un ami qui était agent chez Elite, l’agence de mannequins, et c’était les années 90. On était entouré de mannequins qui allaient devenir, ou étaient déjà, des tops models : Kate Moss, Naomi Campbell… Mais il y avait tellement de photographes autour d’elles… Et puis, des mecs à l’aise, moi j’étais timide, je n’étais pas d’ailleurs un grand dragueur… Il faut dire que ce sont des femmes impressionnantes… Bref, parfois je me demande quelle aurait été ma vie si j’avais commencé la photo à l’époque… Mais comme j’ai adoré aussi tout le reste, je n’ai pas de regret.

Qu’est-ce que vous préférez photographier, et pourquoi ?
J’aime faire des nus car c’est comme un défi pour moi. Il y a tellement de mauvaises photos de nus… Ça ne pardonne pas ! Mais bien sûr, j’adore shooter le rock and roll, sur scène et dans les coulisses.

Quelles sont vos inspirations (photographes et autres) ?
Man Ray tout d’abord. Le dadaïsme. Et après, les grands photographes de jazz comme mon ami Herman Léonard (décédé en 2010 et qui apparaît dans mon film (Looking Back On Love) ou William Claxton. Irving Penn. Richard Avedon. Helmut Newton. William Eggelston. Jill Freedman. Chuck Stewart. J’ai adoré découvrir Vivian Meier. Une histoire bouleversante. Dans les contemporains j’adore Jean-Baptiste Mondino qui est un personnage unique, très drôle et tellement original. Et aussi Jehad Nga et Nick Knight.
La musique m’inspire énormément. Le jazz. La soul/Funk. Gainsbourg : le maître.

Qui ou que rêvez-vous de photographier à l’avenir ?
Prince et Jack White. Et les habitants des îles marquises et des Maldives.

Les habitants des Marquises ?
J’ai grandi sur l’album de Brel Les Marquises… J’ai toujours eu envie d’aller là-bas.

Et les Maldives ?
Un ami m’en a parlé, m’a raconté à quel point, dès que tu sors des coins touristiques, tu tombes sur des endroits magiques et des gens magnifiques, humains, beaux… Mais bon, on verra bien.

Un conseil pour les photographes débutants ?
N’écoutez pas les conseils de gens comme moi. J’ai tout fait à l’envers.

FIN
2008:Nimes (Love Revolution)
2009: Paris, Lyon, Arras (Love Revolution)
2011: lyon, Rouen, Hambourg (BAWA)
2012: Middelfart (BAWA)
2014: Paris, Dijon (Strut)
2015: Olympia, Arras, Festival Beauregard, Skanderborg (Strut)
2018: Bercy, Les Déferlantes, Nîmes, Bordeaux, Tours, Vienne (Raise Vibration)
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: nanaweb, Miream, lennie

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Page :
  • 1
Temps de génération de la page : 0.439 secondes